BOOKLESS EDITIONS

Maison d'Edition en ligne

  •  
  •  
  •  
  •  

Ne réalisez jamais vos rêvez, courez après !

Eric Scilien

SI J’AI LA CHANCE

D’ÊTRE

TOUJOURS VIVANT

Tels des fantômes, les souvenirs d’enfance resurgissent au hasard de la route, cette route que Kylian n’a plus empruntée depuis si longtemps. Paysages urbains, grandes barres HLM, de sourds îlots de lumière dans un océan d’obscurité. De grosses gouttes de pluie se mettent à crépiter sur le pare-brise balayé par le va-et-vient des essuie-glaces. Kylian songe à toutes ces années sur lesquelles il avait cru pouvoir tirer un trait.

Jusqu’à cette réception chez les parents de Marie-Aude.

Une soirée prévue depuis longtemps. Chez les Saint-Georges, les vingt-deux ans de leur fille unique, ça ne se prend pas à la légère. Kylian savait qu’un échantillon représentatif du Tout-Paris serait de la partie. Ce qui ne le gênait pas. Tous ces gens qui se la jouaient VIP avaient plutôt tendance à l’amuser. Une fois franchi le premier rideau de fumée, certains s’avéraient même franchement sympathiques. Et puis c’était l’univers de Marie-Aude. Depuis six mois qu’il partageait ses nuits, il commençait à s’y faire.

Six mois, c’était une sorte de record pour lui.

Jusque-là, il s’était le plus souvent conduit en prédateur d’une nuit, passant de bras en bras et de lit en lit avec la volonté de ne jamais s’attacher. Pas assez d’espace en lui. Le besoin d’arriver, de devenir quelqu’un occupait toute la place.

Avec Marie-Aude, tout avait été différent.

Elle appartenait déjà à ce Monde auquel il aspirait. Elle avait cette façon bien à elle de se montrer à la fois grave et légère, sans qu’il soit possible de démêler les deux. Dès le premier soir, juste après leur premier baiser, elle lui avait annoncé la couleur. Pas farouche mais résolue :

– Je te préviens, si je couche avec toi, je t’interdis de me larguer demain matin !

Sinon quoi ?

Je te tue.

Un sourire et elle avait ajouté :

Enfin, sauf si tu es vraiment nul au lit. Parce que là, c’est moi qui te larguerai !

Une gosse de riche habituée à ce que tous lui cèdent, spontanée et insouciante. Solaire, sincère et passionnée, aussi capricieuse que généreuse. Une petite fille aux exigences de femme qui ne s’était pas encore frottée aux vraies difficultés de l’existence. Quelque chose en elle l’avait touché au cœur, il aurait été incapable de dire quoi.

Pour l’anniversaire de leur fille, les Saint-Georges avaient organisé une réception quasi princière dans leur appartement haussmannien avec vue sur le jardin du Luxembourg. Nappe blanche brodée et couverts en argent, bouquets de fleurs somptueux et une armada d’employés en extra pour assurer le service. Une cinquantaine de personnes avaient été invitées, parmi lesquelles des dirigeants d’entreprise, un écrivain, une styliste, un ténor du barreau, un journaliste en vue et même un député.

Avant de passer à table, tous avaient porté un toast en l’honneur de Marie-Aude. Histoire de se mettre dans l’ambiance, Kylian avait sifflé deux flûtes coup sur coup. Dom Pérignon, un régal de bulles. Il se sentait bien, calme et posé, aussi à l’aise qu’un empereur romain qui, après avoir rasé la plus grande partie de la ville, participe aux festivités offertes aux vainqueurs.

Oui, ça semblait sérieux avec Marie-Aude. Ils ne vivaient pas encore ensemble mais l’hypothèse devenait crédible. Et peut-être même bientôt envisageable.

Il l’avait rencontrée au cours d’une soirée chez un ami commun. Ce soir-là, Marie-Aude était restée de marbre, insensible à son charme, lui qu’un sourire suffisait pourtant à les faire tomber toutes. Pire, ils s’étaient même accrochés pour une broutille. Mais à partir de cette soirée, elle s’était installée dans un coin de sa tête et n’en était plus sortie. Il n’avait eu de cesse de la revoir, la séduire. Et pour une fois, il lui avait fallu se montrer patient.

Chez les Saint-Georges, le repas avait été à la hauteur de leur statut. Avec les cailles farcies aux morilles et foie gras, le père Saint-Georges avait débouché ses bouteilles de Bordeaux 1947, une merveille ! Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’à ce que tombe la question, formulée par Saint-Georges mère, quelque part entre le plateau de fromages et le fondant aux trois chocolats.

Et vous Kylian ? Dans quelle branche officient vos parents ?

Un peu surpris mais nullement gêné, Kylian avait pris le temps d’allumer sa cigarette avant de répondre (les invités étaient pourtant censés s’abstenir de fumer à table) :

Ma mère est dans le nettoyage.

Le nettoyage industriel, je suppose ?

– Non, le ménage. Elle fait le ménage dans un hôtel. Mais un hôtel trois étoiles !

Pince-sans-rire, Kylian. Étrangement, les autres conversations s’étaient taries et c’est dans un silence de cathédrale qu’il s’était vu questionner une seconde fois.

Et votre père ?

– Lui, je ne sais pas. Je ne l’ai jamais connu. J’ai été élevé par mon beau-père. Qui travaille dans une usine, sur une chaîne de montage. Enfin, aux dernières nouvelles… Ça fait un moment que je ne l’ai pas vu.

Ça avait jeté un froid - le genre de situation qui aurait mis mal à l’aise n’importe qui. N’importe qui mais pas Kylian Leroy. Trop orgueilleux, trop arrogant pour se laisser atteindre, même de loin. Rien à foutre de l’opinion des autres – qu’ils pensent ce qu’ils veulent !

Rien à foutre, oui.

De tous ces gens qui ne lui étaient rien.

Mais le coup de poignard était venu d’ailleurs - de là où il s’y attendait le moins. De la jolie tête blonde de Marie-Aude.

– Arrête, maman ! Kylian n’aime pas parler de sa famille. Il s’est fait tout seul, sans l’aide de personne. Ses parents sont incultes, son beau-père limite analphabète. Leur seule ouverture sur le monde, c’est leur écran de télévision alors tu vois…

Marie-Aude l’ingénue, son parler cru, sans frein ni barrières. Son intervention avait eu le mérite de détendre l’atmosphère. Tout le monde avait doucement ri sous cape à sa dernière remarque.

Tout le monde.

Sauf Kylian.

Ces remarques sur ses parents, c’était pourtant lui et lui seul qui les avait soufflées à Marie-Aude, au plus fort de leur intimité. Son beau-père « limite analphabète » – Marie-Aude n’avait fait que répéter ses propres mots, rien de plus. Alors pourquoi avait-il eu subitement envie de la gifler, cette petite fleur vénéneuse de Marie-Aude ? Pourquoi les paroles qu’il s’autorisait étaient-elles devenues insupportables dans la bouche d’une autre ?

Mon cher, vous êtes un parfait exemple d’ascension sociale ! avait renchéri le député, aussitôt relayé par un homme aux tempes grisonnantes :

– Il faut marteler cette évidence : la réussite, ça se mérite ! C’est de ça qu’on est en train de crever en France. Les gens ne veulent plus se faire mal, ils ne veulent plus travailler !

Kylian avait senti un nœud se former au niveau de son estomac. Une brusque envie de chialer, de chialer comme un môme devant des grandes personnes qui se seraient moquées de lui, l’avait saisi. Quand la tentation de renverser la table – avec les verres, les couverts, les bouteilles et tout le bastringue – avait menacé devenir incontrôlable, il avait préféré se lever, blême. Heureusement, plus personne ne faisait attention à lui. Sauf Marie-Aude qui, intuitive, avait perçu le malaise.

Tu vas où ?

Je reviens.

Ça va, tout va bien ?

Très bien.

Il avait directement pris le chemin de la sortie.

Parti sans explication pour se retrouver dans sa BMW, sur le périphérique à 220 km/heure, vitres baissées et volume sonore poussé au paroxysme sur un morceau de Mötley Crüe – du hard-rock pur et dur à s’en faire exploser les tympans.

Au début, il avait juste pensé tourner un moment, le temps de se calmer.

Mais ça n’avait pas suffi.

La seule issue lui était apparue d’un coup, comme une évidence à laquelle il s’était toujours refusé.

Il allait revenir.

Vous êtes ici : Accueil Ça commence comme ça Ne réalisez jamais vos rêves, courez après